Tokyo 2021

Des Jeux Paralympiques un peu particuliers

Françoise Lapicque - Tennis de table

Après quelques jours pour « digérer » ces Jeux paralympiques un peu particuliers, voici un bref retour sur cette expérience inoubliable de juge-arbitrage du tennis de table handi et sport adapté. Ces quelques jours auront permis tout d’abord de relativiser un peu plus les éléments jugés très pesants sur le moment, liés à la crise sanitaire : test PCR et contrôle de l’état de santé journaliers, interdiction de circuler en dehors du trajet en bus entre hôtel et gymnase.

Pour ce qui est de la compétition, avec 8 tables et 34 arbitres, la tâche a été importante pour l’équipe de 4 juge-arbitres dont je faisais partie: surtout les premiers jours, avec les phases qualificatives des 11 classes de handicap, la salle était occupée toute la journée entre 9h et 22 h, avec des matches qui se suivent sans arrêt ! Ces journées ont certainement été encore plus fatigantes pour les athlètes et leurs staffs, mais cela n’empêchait pas une excellente communication avec tous, et une bonne humeur.

Les résultats des Français ont été une cerise sur le gâteau très appréciée, puisque pas moins de 11 médailles ont été engrangées : 7 en bronze, 2 en argent et 2 en or. La dernière récoltée a été la très attendue médaille d’or pour l’équipe masculine en classes 1-2: elle a eu pour public inattendu Madame la ministre en charge des sports, Roxana Mariceanu, qui a eu l’honneur de présenter les récompenses lors de la cérémonie finale, et qui a fait l’honneur d’une photo finale avec l’équipe de France, à la-quelle les deux officiels présents, Frédéric Fouchard en tant qu’arbitre et moi-même, ont été invités.

Tokyo 2021

11 médailles remportées

Frédirc Fouchard - Tennis de table

Après 2 tests PCR, auprès de laboratoires accrédités par l’ambassade du japon, 11 heures de vol, 4h30 de procédures à l’aéroport (dont un test anti génique)j’ai enfin pu rejoindre mon hôtel, le 22/08/2021, à Tokyo Shinjuku.

Le lendemain, l’aventure commence réellement avec 1H30 d’essayage des différentes tenues officielles, puis un briefing sur les règles sanitaires à respecter.Ensuite, c’est la découverte et la familiarisation avec les installations, réunions des arbitres, cérémonie d’ouverture suivie… depuis la TV de ma chambre d’hôtel, circonstances sanitaires obligent.

Puis, le début des épreuves individuelles : les phases préliminaires (poules qualificatives) les trois premiers jours. Les journées étaient très chargées, de 8H00 du matin à 22H00. Toutes les parties sont aux meilleures des 5 manches aux JOP.

J’ai eus la joie d’arbitrer la finale classe 5 opposant Valentin BAUS (GER) à CIAO ( Chine). C’était une très belle partie en 5 manches très serrées et beaucoup de suspens.
J’ai aussi pu suivre l’une des médailles d’argent française (Mateo BOHEAS) et l’une des médailles d’or française, Fabien Lamirault. Bravo à nos joueurs et joueuses !

Le 31/08 a marqué le début des rencontres par équipe. La formule des JOP est intéressante: au meilleur des 3 parties (première team arrivée à 2 parties gagnées, on arrête).

Cela commence par un double, puis s’ensuivent les deux simples! Chaque équipe est composée de deux à trois joueurs.
La France termine première des nations européennes, en termes de médailles, pour notre discipline ! Nous finissons 3ème /20 nations engagées, derrière la Chine en 1 et L’Australie en 2.

Aussi et surtout, nous avons remportés 11 médailles (2 en Or, 2 en Argent, et 7 en Bronze).
Sur cette épreuve, il y avait 280 compétiteurs dont 102 dames, 35 arbitres,8 tables dont deux tables avec TV en continue (aux JO les 8 tables avaient la TV),1 JA et 3 adjoints afin notamment d’avoir toujours quelqu’un de neutre pour trancher les litiges. Le tennis de table s’est déroulé au Tokyo Métropolitan Gymnasium, situé à côté du stade olympique, à Tokyo (Shibuya).

Tokyo 2021

Capitaine d'équipe

Aurélie Vasseneix - Tennis

Comme prévu, un retour sur ma participation aux Jeux Para-lympiques de Tokyo.
C’étaient mes premiers Jeux. Je n’était pas sélectionnée à la base mais le covid étant passé par là, quelques officiels ont arrêté l’arbitrage et une place c’est libérée l’été dernier.

Nous étions deux représentants français, Gaël Raison en tant que chef des arbitres et moi-même en tant que juge de ligne.
Nous sommes arrivés le mardi pour un début des compétitions le vendredi.
Nous logions dans un hôtel juste à côté du stade, du coup nous avions le droit d’y aller à pied, moyennant que l’on ne s’écarte pas du chemin prévu et en restant par groupe de 5 minimum.

Les équipes de juges de ligne étaient en très grande majorité constituée d’arbitres japonnais qui s’étaient formés au niveau international les années précédentes lors de différents événements en Asie. Pas toujours facile de communiquer avec nos amis japonais, la majorité ne parlant pas anglais mais nous avons toujours réussi réussi nous débrouiller. Ces équipes étaient renforcées d’arbitres internationaux venant des 4 coins de la planète que nous avons l’habitude de retrouver sur les événements internationaux type tournois du Grand Chelem.

Après les premiers jours sous une chaleur écrasante obligeant les organisateurs à décaler le début des matchs en fin d’après-midi nous amenant à passer de longue soirées sur les courts, la pluie s’est invitée. Heureusement que le court central possédait un toit.
Une sélection a était faite avant les finales.
J’ai été désigné capitaine d’équipe pour arbitrer en tant que juge de ligne de service sur les finales de simples hommes quad et wheelchair ainsi que sur la finale du double dames.
Ce fut une très belle expérience pour mes 1er Jeux même si les conditions étaient très particulières.

Place maintenant à Paris 2024 en espérant être de la fête.

Tokyo 2021

Cerise sur le gâteau

François Carcouët - Cécifoot

Notre compétition se termine demain et le temps passant vite, je n’ai pas pu prendre le temps de donner régulièrement des nouvelles.
Jusqu’à maintenant le bilan est très satisfaisant en ce qui me concerne avec beaucoup de plaisir pris sur des matches importants dont la demi-finale d’hier Brésil-Maroc dans des conditions difficiles. En effet, après le soleil et la chaleur, c’est la pluie qui est présente sur Tokyo depuis quelques jours.
Cerise sur le gâteau, je suis désigné avec Tom, le collègue belge sur la finale demain.

Tokyo 2021

Prise de marque sur site

François Carcouët - Cécifoot

Comme convenu, voici quelques nouvelles de Tokyo en ce qui me concerne :

Arrivée jeudi en fin de journée à Tokyo, la compétition de Foot-ball à 5 (Cécifoot) démarre demain dimanche 29. Notre équipe d’arbitres à consacré ces 2 jours à la prise de marques avec le site (l’Aomi Urban Sports Park où avaient lieu l’escalade et leBasket 3×3), le stade et la surface de jeu choisie par des représentants des joueurs, et les différents protocoles à suivre que ce soit d’un point de vue sanitaire ou avec l’équipe Omega. Mais surtout il va nous falloir, et j’inclus bien évidemment les joueurs, composer avec la chaleur étouffante qui règne ici no-tamment pour les matches du matin.
Je m’en rendrai compte dès demain puisque je suis désigné comme arbitre principal du match Brésil-Chine à 11 h 30.

Tokyo 2021

Le bonheur de faire 2 finales

Pierre Montreuil - Badminton

Avec un peu de retard, mais beaucoup de choses à faire au retour de Tokyo, pour vous dire que tout c’est bien passé, un moment inoubliable pour un Officiel Technique, j’ai été incorporé dans une équipe Japonaise, très bien, beaucoup de respect de gentillesse et de convivialité, que du bonheur, avec en plus le bonheur de faire deux finales, le mixte prévu dans les rotations, et la finale du simple homme, avec la victoire du Danois Victor Alksensen sur le Chinois Chen Long, avec une ligne pas évidente à juger, surtout à ce niveau de jeu et à ce moment de la compétition, voilà avec un retour dès le lendemain pour la France, protocole oblige, mais avec des étoiles plein les yeux, même avec mes 63 ans et 35 ans de badminton, l’aboutissement d’une carrière, merci merci merci.

Tokyo 2021

Une organisation au cordeau

Frédéric Fouchard - Tennis de table

Bien arrivé à Tokyo hier.

Aujourd’hui, J-1 avant le début des JOP, c’est la séance d’essayage des tenues officielles et casual. C’est prévu et planifié pour chacune des disciplines. Tout a été réalisé en 1 h 30 ils sont bien organisés !
Cet après-midi, distribution des kits de tests salivaires journaliers.

Tokyo 2021

4e Jeux Olympiques

Patricia Giral - Gymnastique féminine

Ces jeux représentaient pour moi les 4e et derniers JO !
J’ai décidé en effet d’arrêter le jugement international.

Les conditions
Depuis le mois de mars, nous recevions beaucoup d’informations au sujet des règles sanitaires. Ces informations venant de différentes instances, cela était un peu stressant car je craignais de rater une formalité. Finalement, tout était bon ! un vrai soulage-ment à l’arrivée au Japon…
Tout de suite, la réalité de ces jeux particuliers s’est avérée : rien sur les JO à l’aéroport, à l’hôtel ou dans la ville. Des consignes récurrentes quant à notre « quatorzaine » : des espaces restreints dans l’hôtel, interdiction de sortir en dehors de nos missions de juge, des tests PCR réguliers. Bref, c’était bien ce que j’avais compris avant mon départ et j’étais donc prête pour ces conditions.
Mais une fois dans la salle de gym, même s’il n’y avait pas de spectateurs, on était bien aux JO !

L’organisation était conforme à celle connue pour cette manifestation. On peut saluer l’engagement et l’enthousiasme des japonais, qu’ils soient professionnels ou bénévoles. Ils ont tout mis en oeuvre pour créer au niveau sportif, une vraie atmosphère olympique.

Ma mission de juge
Désignée comme juge exécution, j’ai noté les qualifications, le concours par équipes, le concours individuel et une finale agrès, le sol.
En gymnastique, les juges désignés par la fédération internationale jugent tous les qualifications, le concours individuel et le concours par équipe. Pour les finales par agrès, le jury étant neutre, les juges dont les gymnastes sont qualifiées ne peuvent pas juger l’agrès concerné.
Hormis le fait que nos réunions ont eu lieu en visio toute notre action de juge était bien conforme à toutes nos compétitions avec bien sûr, ici, l’enjeu olympique ! Et donc, le plaisir et la fierté d’être là ! Les conditions sanitaires n’ont rien enlevé à la beauté de la compétition.
Il régnait cette pression connue lors des JO avec l’impatience de savoir qui prendra le titre !
Nous avons assisté à une compétition très intéressante malgré le forfait de Simone Biles sur la quasi-totalité des épreuves. Il faut bien reconnaître que l’enjeu olympique n’a rien à voir avec les autres compétitions.

Conclusion
Ce fut un réel plaisir de vivre cette expérience particulière. Certes, il a manqué le côté festif et le partage avec d’autres sports mais la magie des jeux a tout de même opéré notamment au niveau sportif.

Cela restera un souvenir inoubliable !

Tokyo 2021

Contrôle vétérinaire

Anne Prain - Para dressage

Après un voyage sans problème (3 sièges dans un avion presque vide pour m’allonger et 2 h uniquement pour passer tous les contrôles de l’immigration), me voici d’attaque.

On est allé chercher les uniformes ce matin et on a assisté à 2 réunions (avec nos secrétaires d’une part, et pour revoir des points de règlement qui pourraient poser problème, d’autre part).
Voici 2 photos : l’une de notre aire de travail, l’autre de l’équipe des juges au complet (7 + 1 réserve).
Demain matin a lieu l’inspection vétérinaire des chevaux pour vérifier leur état de santé et leur aptitude à concourir.
Nous commencerons les compétitions le 26 après-midi. De belles reprises en perspective…

Tokyo 2021

Une magnifique expérience

Corinne Aubert - Voile

C’étaient mes premiers jeux et j’avoue avoir vécu une magnifique expérience malgré des contraintes sanitaires très strictes.

Je suis restée 14 jours à Enoshima sur le site de la voile. Les arbitres étaient logés à 30 mn du site que nous devions rejoindre grâce à un bus dédié. Pour rejoindre ce bus nous étions accompagnés par un service d’ordre à partir de l’hôtel pour éviter toute dispersion.
Nos premières réunions commençaient à 8h30 pour un départ sur l’eau à 10h. Nous rentrions vers 17h après 6 courses de 49e dans la journée (3 pour les filles et 3 pour les garçons). Des réunions accompagnaient la fin de la journée. J’ai enchainé 12 jours consécutifs avec 4 journées d’entrainements et 8 jours de courses.
Mon rôle consistait à juger les arrivées des bateaux et j’étais accompagnée d’une équipe constituée de 6 japonais très chaleureux, accueillants et professionnels.
J’ai pris autant de plaisir à terre que sur l’eau et reviens au travail avec des souvenirs plein la tête.

Ci-joint une photo des arbitres de voile français présents aux JO réalisée par Sailing Energy et publiée par la FF Voile.

Tokyo 2021

Un grand honneur

Christine Deconclois - BMX

Bonjour et merci pour votre support amical !

J’ai été désignée par l’Union Cycliste Internationale comme membre du collège pour la discipline BMX. Il s’agit de ma première participation aux Jeux Olympiques et cela a été un grand honneur pour moi, étant la première arbitre française désignée aux J.O. pour cette discipline, d’au-tant plus que mon conjoint et moi-même sommes à l’origine du développement dece sport en France. Une belle récompense lorsque l’on considère le chemin parcouru !

Tous les arbitres de la discipline ont été particulièrement bien encadrés par les coordinateurs UCI, le stress est cependant monté de jour en jour avec les obligations à remplir. Nous finissions par craindre d’être refoulés à l’arrivée si un document était manquant …. Comme tous les autres collègues tests PCR avant le dé-part, puis parcours du combattant à l’aéroport pendant près de 4 h (tests températures, contrôle de nos smartphones et que les applications obligatoires étaient bien installées, test salivaire, etc ..) avant d’arriver à notre hôtel qui se trouvait à environ 40 mn en bus du Park Ariake où se trouvait la piste de BMX . Aller chercher les uniformes Tokyo 2020, visite du site, récupération des éprouvettes pour les tests salivaires journaliers … Nous voici pris dans le tourbillon de ces Jeux peu ordinaires.

4 jours d’essai au cours desquels nous avons senti graduellement la tension monter, chez les coachs, les athlètes et bien sûr pour nous les commissaires. Même si au quotidien nous avons l’habitude de gérer des courses de BMX avec parfois plus de1000 concurrents et un stress important cela n’a rien de comparable avec ces Jeux Olympiques : 24 garçons et 24 filles mais un enjeu tellement important….

Stress, inattention, on ne sait, un de nos collègues a traversé la piste au mauvais moment et s’est fait percuté par un athlète pendant les journées d’essais. Cet athlète malgré une blessure au genou est devenu le champion olympique de la discipline et nous en sommes tous heureux. L’histoire a été bien différente pour ce collègue et ami, puisqu’il n’a pu regagner son domicile que ce 13 Août dernier …. C’est moi qui l’ai remplacé et je suis devenue Adjoint du Président du Collège pendant la durée des compétitions.

Nos athlètes français ont été largement présents en finale, mais en BMX sur 8 potentiels champions on ne peut jamais dire qui arrivera le premier… Le premier athlète masculin français arrive 4ème, juste au pied du podium. Et la seule fille termine 7e.

Déception certes pour les athlètes et leur encadrement mais beaucoup d’attente pour Paris 2024.

Il s’agit d’une expérience incroyable et absolument inoubliable pour moi.

Je souhaite le meilleur à tous les arbitres de l’encadrement para !

Tokyo 2021

Clap de fin

Sébastien Dervieux - Water polo

Chers collègues, chers amis et passionnés,

Les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 viennent de se terminer et je tiens à remercier toutes les personnes qui m’on tencouragé et témoigné leur soutien pendant ces 20 jours.
Cette expérience olympique sur les tournois féminin et masculin de water-polo sera un souvenir inoubliable pour moi. J’ai pu arbitrer 12 matches de très haut ni-veau en 16 jours de compétition.
Chez les femmes, l’équipe des USA conserve son titre en s’imposant en finale contre l Espagne. La Hongrie complète le podium olympique.

Chez les hommes, l’équipe de Serbie fait de même en s imposant contre la Grèce qui a accédé pour la 1 ere fois de son histoire chez les hommes à une finale olympique en sport collectif. La Hongrie complète comme chez les femmes le podium olympique.
Je remercie la Fédération International de Natation Amateur qui m’a fait confiance en me désignant notamment sur deux 1/4 de finales, une 1/2 finale, la finale pour la 7e place homme et la finale olympique féminine. Ce fût une magnifique reconnaissance et un véritable honneur de pouvoir officier à un tel niveau d’exigence.
Je remercie également L’AFCAM et notamment son président Patrick VAJDA et son Vice président, Philippe MANASSERO pour cette communication et leur partenariat avec l AFAWP depuis de nombreuses saisons.
Cette 32e olympiade s’achevant, je ne peux m’empêcher d’avoir de nouveau une profonde pensée pour tous mes collègues arbitres français qui n’ont pas pu exercer leur passion ces derniers mois. J’espère avoir pu partager avec vous notre passion commune.

Enfin, pour conclure ce chapitre qui permet aussi de se construire ou de se reconstruire, je ne peux qu engager l ensemble ducorps arbitral français et plus particulièrement celui au sein de la Fédération Française de Natation à préparer ensemble nos 33e Jeux Olympiques, ceux de Paris 2024, parce que ce n’est qu’ensemble que nous serons meilleurs demain.

Avec mon plus sincère engagement et toute mon amitié.

Tokyo 2021

Paris 2024, c'est demain !

Michel Letienne - Canoé Kayak

Les 4 dernières finales se sont déroulées ce samedi et sont venues clôturées le programme du canoé kayak du Sea Forest Waterway.

Mon ressenti est partagé entre la joie et l’honneur d’avoir participé aux Jeux Olympiques et le fait que COVID et gestes barrières sont venus gâcher la fête.

Non Président Vajda, ce n’était pas une vue de l’esprit embrumé par votre âge «avancé », ce fut «une manifestation du style bus, boulot, dodo avec des jours passés dans une chambre d’hôtel».

Il faut remercier les organisateurs d’avoir tenu bon pour permettre à tous les sportif(ves) de retrouver la compétition et les JO. Ils ont été accueillant et ont tout fait pour minimiser l’impact du confinement qui était cependant de rigueur.

Pour toutes et tous et partout, prise quotidienne de température, test PCR salivaire, «régime plexiglace», masque permanent. La dimension sanitaire était omniprésente.

Je pense que le caractère spécifique de ces jeux restera dans la mémoire des participants.

Pour ce qui concerne ma discipline c’est un «zéro pointé» : pas de médaille même si Adrien BART en C1, le dernier jour, est passé tout prés.

Il faut remonter aux JO de Montréal en 1976 (presque un demi siècle) pour que le canoé kayak n’apporte pas sa contribution au tableau des médailles de l’Equipe de France.

L’arbitre que je suis reste un supporter et il a grise mine car tous les efforts fournis par les sportifs et leur encadrement n’ont pas été récompensés.

L’édition de Tokyo 1964 et la médaille du canoé biplace ( J Boudehen et M Chapuis) avait permis au Canoé Kayak de se mettre en avant en apportant sa contribution à une maigre moisson de médailles pour la France.

À l’heure ou j’écris la ligne d’arrivée n’est pas franchie et nous avons encore rendez vous avec les Jeux paralympiques pour vivre et partager des émotions.

Malgré tout cela reste les Jeux et son caractère merveilleux.

Beaucoup rêve d’y être.
Dans 3 ans nous serons à Paris. C’est demain.
Je croise les doigts pour que la fête puisse se dérouler normalement.

Tokyo 2021

Un bilan très positif

Denis Cadon - Natation

Me voilà rentré en France depuis hier.

Ci-après un petit retour sur ma quinzaine olympique en tant qu’annoncer Français pour les cérémonies de vainqueurs lors des épreuves de Natation et d’Eau libre.
Bien évidement je garderai un souvenir à multiples facettes.

D’abord celle de jeux olympiques sans public et sous régime de confinement, et donc sans la ferveur habituelles dans les lieux de compétition et sans l’ambiance générale dans les villes olympiques qui me font dire que généralement pendant la trêve olympique on vit dans un monde de Bisounours durant laquelle on ne croise que des gens heureux.

Une autre facette concerne l’organisation de très grande qualité qu’ont produit les japonais avec une quantité de volontaires très importante et parfois disproportionnée compte tenu de l’absence de public et des sites parfaitement préparés.

Il y aussi, comme à chaque fois, le plaisir d’assister à des épreuves de très haut niveau qui procurent des émotions intenses, de bonheur ou de déception.

C’est aussi de belles rencontres avec les membres de « la famille olympique » prise au sens large (les sportives et sportifs, les staffs, les officiels, les organisateurs, les volontaires, les dirigeants, les médias,…) et des retrouvailles avec ceux qui participent à tous ces grands événements. En particulier mes amis officiels internationaux ou membres de la FINA.

Pour finir, la confirmation, une fois de plus, de l’importance pour nos équipes de France d’avoir un interlocuteur, officiel ou non, qui peut faciliter la circulation de l’information voire aider à gérer des situations délicates en lien avec les instances internationales. C’était aussi une des raisons qui m’ont fait être présent en permanence lors de toutes les sessions , éliminatoires ou finales. Cela s’est encore vérifié ici à Tokyo.

En conclusion, je rentre fatigué, mais heureux d’avoir été des ceux qui ont eu la chance de participer aux Jeux deTokyo 2020 dont l’histoire retiendra aussi qu’ils se sont déroulés en 2021 pour cause de la pandémie mondiale de la COVID 19.

A bientôt.

Tokyo 2021

Le sprint en Canoé Kayak

Michel Letienne - Canoé Kayak

Nous allons aborder le 4e jour de compétition au Sea Forest Waterway. Je continue d’essayer de partager le vécu d’un « arbitre » qui mesure bien la chance qu’il a de faire partie de la « fête ».

« Une photo vaut 1000 mots » disent souvent les journalistes. Aussi ci-joint quelques illustrations des conséquences du confinement mis en place au regard de la pandémie COVID 19. Ainsi, vu de la chambre d’hôtel ( et uniquement de la chambre d’hôtel) je peux apercevoir au loin la flamme olympique ( dans la nuit) et le Mont Fuji.

Un collègue étranger a tenté, très tôt le matin (le jour se lève à 4h), de faire un footing : il a très vite était stoppé dans sa tentative et rappelé à l’ordre.
Hôtel-bassin, bassin- hôtel : c’est notre quotidien.

Pour les temps de restauration nous sommes soumis au même « régime pléxi » que pour les athlètes. Pas de Club France où le CNOSF avait l’habitude de nous ouvrir ses portes.

Soyons heureux que les JO de Tokyo puissent se dérouler mais quand même, il y manque une dimension évoquée par toutes et tous lorsqu’ils ont eu la chance d’y participer : la rencontre, l’échange et le partage. Restons collectivement rigoureux dans l’application des « gestes barrières »pour nous sortir au plus vite de cette situation et re-trouver une vie normale.

Tokyo 2021

Le sprint en Canoé Kayak

Michel Letienne- Canoé Kayak

C’est parti maintenant depuis lundi pour les épreuves de sprint en canoé kayak sur le bassin de Sea Forest Waterway .

Sur le « stade nautique »
Il porte bien son nom car situé presqu’en pleine mer dans la baie de Tokyo.
Les photos transmises par Laurence COPIL pour l’aviron suffisent pour donner une idée de sa dimension et du travail d’aménagement réalisé par les organisateurs pour optimiser les conditions de course proposées aux sportif(ve)s.
L’influence marine est bien présente (au niveau du vent notamment). Elle est certainement à l’origine de la programmation horaire fixée le matin qui minimise les facteurs météorologiques susceptibles de perturber les épreuves.
La programmation du matin (entre 2h et 5h heures françaises) ne sera pas sans laisser des traces en terme de mesure de l’audience médiatique de la discipline dominée par les pays européens ( 80% des sélectionné(e)s).
Sport de plein air, il y fait chaud, très chaud. Il est fort probable que le « formal uniform » ne sera pas utilisé car la climatisation n’est pas de mise.
Merci aux organisateurs de mettre à notre disposition les vestes « réfrigérées »

Sur ma fonction
Je suis « Umpire » ( juge de parcours). Je passe donc ma matinée en catamaran sur le bassin. Nous travaillons en doublette pour surveiller les 8 couloirs des courses qui se disputent sur 200, 500 ou 1000 mètres. Pour faire simple, il nous faut veiller à ce que les bateaux restent dans et au milieu du couloir.
Mon chauffeur japonais, et c’est un plus évident, connaît bien l’activité. J’ai très peu de consignes à lui donner car il sait et il anticipe le placement du catamaran. Il est issu d’un club situé au nord du Japon qui a subi le Tsunami il y a 10 ans. Il m’a dit que la «page » était tournée maintenant et que la « vie avait repris le dessus ».
C’est la réduction à très/trop peu de choses pour l’échange et le partage qui donne un caractère très spécial aux JO 2020. Il en va des moments de restauration et de convivialité.
Pour ma part à l’issue des premières finales de ce mardi et au hasard d’une rencontre, je n’ai pas pu m’empêcher de « toucher l’Or » de la médaille du Cubain qui remporte l’épreuve du canoé biplace 1000 mètres.
Il me reste 4 jours d’épreuves et je croise les doigts pour que les efforts fournis par les sportif(ve)s français soient concrétisés par une médaille.

Tokyo 2021

3e expérience Olympique

Michel Letienne- Canoé Kayak

Bonjour de Tokyo où je suis arrivé ce samedi 31 juillet pour officier en « 2e semaine » sur les 12 épreuves du canoé kayak de sprint qui ont débuté ce lundi 02 août.
Après Londres et Rio, 3e expérience « olympique » en tant qu’arbitre pour ce qui me concerne.

Le voyage et l’accueil
Au départ de CDG un vol avec Finnair via Helsinki.
Heure locale de départ : 10h 50 le vendredi 30/07.
Heure Locale d’arrivée à Narita/Tokyo : 09h 08 le samedi 31/07 (02h 08 heure française)

Après les formalités d’accueil (dont beaucoup liées à la situation sanitaire) je suis sorti de l’aéroport à 12h 15’ pour rejoindre en bus le TOKYO BAY TOKYU HOTEL (pas le village olympique) qui est destiné à tous les « officiels » de la fédération internationale de Canoé Kayak et je suis arrivé à 14h30 (07h30 heure française).
Bref un voyage de 24 heures au départ de chez moi : Saint Laurent Blangy (c’est dans le Pas de Calais dans la « banlieue »d’Arras).
Pas le temps de faire une sieste dés 15h30 , à nouveau 1 heure de route pour rejoindre l’UAC (Uniform Accréditation Center cf la photo jointe)
Globalement je confirme que nous sommes bien accueillis et que l’on ne plaisante pas avec les mesures sanitaires.

L’entrée en matière
Dés le dimanche 7h30 (je parlerai désormais en heure locale) départ pour le « Technical rehearsal » (9h) et le « Technical Officials Briefing » (11h30).
Sur la route qui nous conduit au Sea Forest Waterway situé à 11Km de l’hôtel nous passons devant le Kasai Canoé Slalom Center où viennent de s’achever les 4 épreuves de slalom qui, en terme de médaille, et c’est une première, n’ont malheureusement pas réussi à l’Équipe de France (3 finalistes sur 4 quand même).
Personnellement un regret : contrairement aux précédentes éditions je n’ai pas pu arriver plus tôt à Tokyo pour venir assister aux épreuves de slalom compte tenu des restrictions liées à la situation sanitaire.
Au Sea Forest Waterway ( qui porte bien son nom eu égard à sa situation géographique dans la baie de Tokyo) les rameurs viennent de terminer leurs épreuves et il y a beaucoup d’agitation pour transformer le bassin d’aviron en bassin de canoé kayak pour les 12 épreuves de sprint qui débuteront dés le lundi à 9h30.

Je vous en parlerai dans le prochain épisode.

Tokyo 2021

Parlons de trampoline

Cyril Cloud - Trampoline

Bonjour à tous !

J’ai appris ma sélection en tant que juge trampoline pour les Jeux Olympiques à la veille du 1er confinement, en mars 2020. A la joie d’une première nomination, se sont succédées beaucoup d’interrogations sur la tenue des JO de Tokyo, et dans quelles conditions… On m’avait promis une ambiance sombre, une défiance des japonais, des libertés entravées et un ennui à mourir… en bref, une prison dorée. C’est donc avec beaucoup d’appréhension, mêlée à de l’impatience que j’ai pris l’avion pour les Jeux Olympiques de Tokyo, le 26 juillet 2021. Mais, dès mon arrivée à l’aéroport, j’ai tout de suite compris que ces Jeux, mes premiers Jeux, allaient marqué ma vie, quoiqu’on en pense !

La prise en charge et l’accompagnement par Air France et le CNOSF ont été fabuleux ! nous avons été maternés, bichonnés et placés immédiatement dans des conditions qui nous font penser que, oui, les Jeux Olympiques c’est grand, et ça commence maintenant ! On se sent à part, tels des VIP !
Ce traitement hors norme s’est poursuivi dès l’arrivée à l’aéroport de Narita à Tokyo. Et il faut saluer là l’organisation impeccable et professionnelle du Comité Olympique Japonais et l’implication exemplaire de l’ensemble de ses bénévoles. Tout a été prévu, pensé, mesuré, anticipé, avec l’implication et le relais sans faille de ma fédération internationale (FIG).

Je n’ai passé que 5 jours à Tokyo, mais je n’ai finalement eu aucun temps, libre, aucun temps mort !
Dès notre arrivée, nous avons eu le droit à un comité d’accueil composé de Jean François Blanquino (Juge Gymnastique Artistique Masculine) et ses collègues étrangers. Arrivés avant moi, ils m’ont tout de suite expliqué certaines règles pour que mon séjour se déroule au mieux.
Puis tout s’est enchaîné très vite ! Entre les meetings, les tests PCR quotidiens, les essais sur le matériel de compétition, je n’ai eu que peu de temps libre ! Et du coup, j’ai pu en profiter pleinement pour me créer des souvenirs et des images qui resteront gravées à jamais ! Car même avec des Jeux « à minima », l’ambiance était là au sein du corps arbitral. L’ambiance était là aussi pour les quelques épreuves (gymnastique) que j’ai pu aller voir en tant que spectateur (car, non, ce n’était pas interdit, même si c’était réglementé). L’ambiance avec la population locale était également présente car toujours accueillants, toujours prévenants, et toujours souriants… un modèle à suivre pour Paris 2024 !

Enfin, que dire de la compétition en elle-même, ce moment fort de ma carrière de juge, que j’ai vécu avec beaucoup de joie, d’émotion et… de concentration pour être à la hauteur de l’événement ! Ce fut un moment exceptionnel, partagé avec des gens –mes collègues juges – exceptionnels !
J’imagine toutefois qu’une édition normale des Jeux Olympiques doit s’accompagner de plus de ferveur, de plus de communication dans la ville, d’une audience supérieure et plus bruyante sur les sites de compétitions… mais je m’attendais tellement à une situation bien plus critique, que l’impact en a été diminué…
Il me reste à continuer à travailler encore et encore pour peut-être avoir la chance, à l’avenir, de participer à une édition complète et festive des Jeux Olympiques !

Tokyo 2021

Réussir ensemble pour les athlètes

Voile

Lors des Jeux Olympiques, l’un des enjeux pour chacune des nations est de sélectionner un maximum de sportifs. En voile, une délégation maximale se compose de 15 sportifs. Cette année seulement deux pays le Royaume-Uni et l’Espagne on tréussi cette performance. (NDLR : En dehors des Japonais qui sont qualifiés d’office dans toutes les disciplines.) Avec 14 sélectionnés la France se positionne donc en 3e place devant 3 pays qui comptent 13 sélectionnés. Mais la France n’est pas représentée uniquement par ses sportifs. Elle l’est également par ses arbitres. À Enoshima, ils sont quatre et nous les avons rencontrés.

Nous pourrions pratiquement employer le féminin pour parler de cette délégation, puisque sur les quatre représentants tricolores, trois sont des femmes. Il s’agit de Corinne Aubert, Anne Malledant et Nathalie Peberel. Toutes les trois sont comités de course. Alors que Nathalie va vivre ses troisièmes Jeux Olympiques, c’est une découverte pour Corinne et Anne. Bien entendu, aucune des trois n’est novice et elles ont toutes officié sur des grandes compétitions internationales (étapes de World Cup, Championnats du Monde de Classes, Test Event…) avec succès avant d’être sélectionnées pour les Jeux Olympiques. Elles sont aussi des arbitres nationales que vous avez également croisées sur les plans d’eau Français. Peut-être vous ont-elles déjà même « black flagé » à l’occasion d’une régate autour de Porquerolles, Marseille ou encore enBretagne.

Le quatrième, est Yoann Peronneau qui officie en tant que Jury. Lui aussi, vous l’avez déjà probablement rencontré sur une régate en France et lui aussi a déjà une belle expérience internationale. Son rôle reste identique quelle que soit la compétition, à la différence que la décision de son panel peut faire basculer le titre olympique d’un pays à un autre. La pression est donc un peu plus forte…

Pour tous les quatre, il s’agit avant tout d’un travail d’équipe avec des femmes et hommes qui collaborent pour aboutir à la meilleure prestation. Au total le dispositif d’arbitrage au sens large se compose d’un peu plus de 300 personnes. Malgré la pression médiatique, la présence des hélicoptères en stationnaires, les directs TV, le nombre de journalistes présents et les règles propres au fonctionnement de la marina … toute l’équipe d’arbitrage, composée uniquement de bénévoles, s’emploie pour proposer aux compétiteurs un cadre et une compétition la plus équitable possible. Car la satisfaction des arbitres n’est complète que si les compétiteurs le sont également.

Petit hasard des chiffres… quels sont les pays les plus représentés parmi les 65 arbitres internationaux présents ? L’Espagne et le Royaume-Uni. La France est quant à elle 3e. Décidément !

Tokyo 2021

Les matches couperets arrivent et la tension monte

Fabrice Collados - Volleyball

Bonjour,

Je profite de ce jour de repos pour donner quelques nouvelles. On enchaîne les matches. Un jour les hommes, un jour les femmes… Les matches couperets arrivent et la tension monte.
Avant-hier j’ai sifflé deux grosses nations féminines USA et Chine, le match a été d’un très bon niveau et je me suis régalé.
Hier en masculin j’étais second arbitre sur Japon-Italie quel dommage de ne pas avoir officié ce match avec une salle pleine.
Les matches du Japon à domicile sont toujours des rencontres qui marquent une carrière. Mais tout s’est très bien passé et c’est l’essentiel dans notre job. Mais bon je participe aux JO, j’ai une chance énorme et j’en profite au maximum. Les conditions sanitaires sont strictes mais on avait vécu cette bulle sanitaire en Italie pendant 35 jours donc on fait avec comme tous les collègues juges, arbitres et officiels de tous les sports. Une grosse pensée a tous les arbitres, les juges français qui avec passion arbitrent chaque week-end en espérant que la saison 2021/2022 puisse se dérouler en toute sécurité sanitaire.

Toutes mes amitiés du Japon.
Sayonara.

Tokyo 2021

Une compétition spectaculaire pleine de rebondissements

Pascal Mage - Escrime

Un petit bilan après cinq jours de compétition.
Les épreuves individuelles se sont bien déroulées pour le corps arbitral d’escrime. L’ambiance, pour le moins calme, change certainement le climat habituel lors de Jeux Olympiques.
Les médaillés viennent de pays très diversifiés géographiquement, ceci est tou-jours une bonne chose pour notre discipline (et les autres aussi sans doute).
Place, depuis hier, aux épreuves collectives, limitées à huit nations (ou neuf si le Japon a utilisé ses quotas). Compétition toujours très spectaculaire, pleine de rebondissements (neuf relais de 5 touches au meilleur des 45 touches) et donc très importante pour le corps arbitral.
A titre personnel, au jeu des tirages au sort, pas encore de finales arbitrées, nous sommes 12 au fleuret, les places sont chères ! Espérons cependant que l’équipe de France m’empêche d’y accéder grâce à ses résultats…
Pour le reste, rien de nouveau, le chemin entre l’hôtel et le gymnase n’a plus de secret pour nous. Malheureusement, comme tous mes collègues à Tokyo, aucun autre accès ne nous est autorisé…

Tokyo 2021

Ma première participation Olympique

Sébastien Dervieux- Water Polo

Bonjour à tous,

Les tournois olympiques masculins et féminins de water-polo ont débuté depuis 5 jours.
Le groupe des 27 arbitres ; composé d’1 représentant par nation engagée dans les deux tournois et de 6 arbitres neutres, est très uni : nous avons pu nous réunir et échanger au sein de notre Association Mondiale des arbitres (WWR) et pour suivre nos travaux sur différents sujets (éducation, formation, marketing, adhésion,…).
En tant qu’arbitre neutre ; non représentant d’un pays participant à ces tournois, je viens d’ être désigné sur 4 matches de très haut niveau et très accrochés en 5 jours :
• USA vs JAPON hommes 15-13
• ROC vs HONGRIE FEMMES 10-10
• MONTÉNÉGRO vs ESPAGNE hommes 06-08
• PAYS-BAS vs ESPAGNE femmes aujourd’hui

C’est déjà une belle réussite pour ma 1ere participation olympique !
Nous échangeons aussi à distance avec d’autres collègues en France et dans d’autres pays sur l’arbitrage. Cela fait plaisir de se sentir soutenu.

A bientôt pour d’autres nouvelles des tournois olympiques de water-polo.

Tokyo 2021

Un site de compétition particulièrement réussi

Marianne Agulhon - Canoe Kayak

Les épreuves ont commencé le 25 juillet. Nous avons pu mener à bien les 2 journées de finale avec médailles malgré les prévisions pessimistes liées au typhon. Notre site de compétition est particulièrement réussi et nous avons eu la visite du président Bach et Tony Estanguet et de son équipe de Paris 2024 et de beaucoup de dignitaires du CIO et des CNO.Ce soir nous sommes à la moitié de nos épreuves et restons concentrés jusqu’au30 juillet fin des épreuves de slalom.Jean-michel PRONO, délégué technique et chef officiel des épreuves . Le traçé des compétitions réalisé avec mon binôme anglais Mark Delanay donne satisfaction tant aux compétiteurs qu’à la télévision.

Tokyo 2021

Confiné à l'hôtel les jours de repos

Jean-François Blanquino - Gymnastique

Bonjour,

Voici quelques nouvelles du front après cette première semaine.
Les jours de compétition tout va bien. Par contre rester dans sa chambre les jours de repos cela devient très dur, et les journées sont longues… On ne peut rien faire car nous n’avons pas le droit de sortir de l’hôtel : les transports public sont interdits, et dans l’hôtel, le fitness et la piscine sont fermées. Sinon au niveau de l’organisation pour l’instant ça va. Les bus sont à l’heure, et dans la salle de compétition, il y a une bonne collaboration entre la FIG et l’organisateur. Dès que nous arrivons dans la salle de compétition, nous faisons un test salivaire obligatoire.
A noter que dans la ville, on ne se rend pas compte qu’il y a les JO : aucune banderole, aucun drapeau, cela fait bizarre.
L’hôtel où nous sommes est très bien. Il y a un restaurant qui nous est réservé (heureusement), où l’on peut manger jusqu’à minuit. Tous les autres ferment à 20 h, voir 18 h pour certains.
A part cela, nous n’allons pas nous plaindre, car même si l’ambiance n’est pas celle que nous avons connus lors des précédents JO, nous avons quand même la chance d’être là, de représenter la France, et de vivre ces JO hors du commun. Ce sera une très belle expérience.
En PJ 2 photos : la « petite » salle du petit déjeuner, et l’entrée de l’hôtel. Tapis rouge pour les personnes qui ne sont pas là depuis 14 jours, et vert pour les autres.

Tokyo 2021

Les tenues officielles

Sandrine Crosnier - Triathlon

Bien arrivée depuis jeudi à Tokyo. Après, comme tous, 4 heures de formalités à l’aéroport j’ai pu rejoindre l’hôtel des officiels. C’est vrai que l’attente est longue mais vraiment très bien organisé et les équipes font tout leur possible.
Le vendredi récupération des tenues officielles et visite du site des jeux pour le triathlon et 1er meeting des officiels.
Ce samedi, départ à 4 h de l’hôtel pour la reconnaissance des parcours vélo et briefing pour les hommes. Les courses de triathlon ont lieu lundi à 6h30 pour les hommes et mardi 6 h 30pour les femmes. Le relais mixte se tiendra samedi 31 à 7 h 30 (Heure de Tokyo).

Tokyo 2021

Des conditions hors du commun

Patricia Giral - Gymnastique

Petit résumé depuis l’arrivée le 20/07/21

Jour 1
Arrivée à 13 h après un long voyage bien sûr et 4 h de formalités à l’aéroport avant de rejoindre l’hôtel. Mais je ne me plains pas car certains ont eu 8 h de formalités !Evidemment, cela est en partie dû aux contrôles nécessaires pour la COVID. 
A l’arrivée à l’hôtel, on comprend tout de suite que le mot essentiel à retenir est « interdiction »: de sortir, d’aller dans certaines parties de l’hôtel (boutiques, spa, piscine, restaurants), d’utiliser d’autres transports que ceux qui nous sont réservés.
Comme nous l’avions compris avant notre départ, notre séjour se résume aux allers-retours entre l’hôtel et la salle de compétitionnécessaires pour notre mission de juges.

Jour 2
Le matin : déplacement jusqu’au magasin des uniformes pour y recevoir notre dotation
L’après-midi : réunion des juges féminins… en ligne. La connexion est bonne et donc la réunion de 2 h 30 peut se dérouler correctement : instructions pour la compétition et tirage au sort pour la 1ère compétition qui aura lieu dimanche. Pour ma part, je jugerai ces qualifications au sol.

Jour 3
Départ pour la journée à la salle de compétition. Nous assistons à l’entraînement sur podium qui est un peu une répétition avantl a compétition. Nous sommes heureux de revoir de visu tout le monde (les juges, les gymnastes, les entraîneurs) La salle est magnifique et c’est triste de l’imaginer sans spectateur !

Jour 4 et 5
Ce seront 2 jours à l’hôtel car les juges féminins ne sont pas concernés : nous ne sommes, bien sûr, pas invités à la cérémonie d’ouverture d’une part et nous n’avons pas le droit d’assister à la compétition des garçons d’autre part.
Nous le savions, ce sont bien des jeux très particuliers que nous vivons. Outre les interdictions, il faut noter aussi que rien n’évoque les JO que ce soit dans la ville ou à l’hôtel. Il faut s’approcher des sites olympiques pour apercevoir quelques supports de communication.
Ceci dit, tout est bien organisé. Il y a beaucoup de personnel.
Comme nous avons très peu, voire pas du tout de contacts extérieurs, nous ne sommes testés que sur le lieu de compétition.

Mais finalement, nous sommes là pour notre passion du sport et la compétition aura bien lieu. Nous sommes donc heureux defaire partie de ces JO malgré des conditions hors du commun.

Jean-François BLANQUINO, juge pour la gymnastique masculine, vit exactement les mêmes choses que moi avec un décalage de 1 jour.

Tokyo 2021

Une sensation étonnante lors des trajets

Denis Cadon - Natation

Le voyage s’est bien passé, et même les formalités se sont déroulées plus rapidement qu’annoncé. Atterrissage à 18 h 20, fin des formalités et sortie de l’aéroport à 21 h 20 !
Belle performance.
Ce matin (mercredi 23) j’ai rejoins l’équipe « sport presentation » du Centre Aquatique où nous avons réalisé les répétitions habituelles avec toutes les équipes de production.
Beaucoup de plaisir à retrouver tous nos amis acteurs directs ou indirects de la natation mondiale.
Le Centre Aquatique est magnifique, et dire qu’il n’y aura pas de spectateur ! D’ailleurs une sensation étonnante lors des trajets. Peu de monde et si on n’est pas sur un site aucun signe de l’organisation des Jeux dans la ville.

Tokyo 2021

Une ligne d'arrivée

Didier Simon- Cyclisme

Chers collègues,

A quelques heures du début des Jeux Olympiques de TOKYO 2020, je tenais à remercier celles et ceux qui m’ont soutenu et encouragé depuis mes débuts dans l’arbitrage pour me permettre de vivre aujourd’hui un tel événement planétaire. Je sais que je suis un privilégié et je mesure à quel point j’ai de la chance. Je ne peux m’empêcher en cet instant d’avoir une profonde et sincère pensée pour tous nos collègues arbitres qui n’ont pas pu vivre leur passion depuis plusieurs mois.
Aussi j’espère pouvoir vous faire partager cette fantastique expérience.

Voici de nouvelles photos ; celle du « water-polo center » et la préparation de la réunion technique d’avant tournoi.

Nous devons passer chaque jour un test PCR salivaire à enregistrer en ligne et à déposer à la piscine. Nous devons également enregistrer notre état de santé journalier sur une application.

Demain workshop avec les membres de la commission technique de la FINA et les arbitres.

Dimanche, début du tournoi féminin, 4 matches au programme.

Tokyo 2021

Une ligne d'arrivée

Didier Simon- Cyclisme

Une vision des installations du cyclisme sur route. Après cette deuxième journée consacrée aux réunions techniques, nous sommes prêts pour accueillir demain les délégations qui nous confirmeront les coureurs partants.

Ci joint photo ligne arrivée.

Tokyo 2021

Mont Fuji

Didier Simon- Cyclisme

Bonjour à tous,

Hier, jour de notre arrivée, a été consacré aux procédures de validation des condi-tions d’entrée et de participation aux JO TOKYO 2020. Après un long voyage me concernant partant de la Bretagne le 19, en faisant es-cale à Paris puis Francfort, je suis arrivé le 21 à 8 h 00 heure locale à l’aéroport de Tokyo Haneda.

Le décalage horaire est de +7h par rapport à la France.

Accueil très chaleureux de la part de nos hôtes, par contre intransigeance sur les protocoles d’entrée. Pour moi tout s’est bien passé les opérations ont toutefois duré 3 heures. Il a fallu bien sur présenter les tests PCR négatifs réalisés par des laboratoires ac-crédités (dont l’un de mois de 72 h) et nous avons eu droit à un test salivaire à l’aéroport que nous aurons d’ailleurs à faire tous les jours. Certains collègues ou quelques points étaient en litige sont restés jusqu’à 6 h à l’aéroport avant de recevoir leur accréditation. 

L’hôtel réservé pour les officiels des épreuves du cyclisme sur route se trouve en dehors de tout non loin du Mont Fuji. Nous avons donc eu pour rejoindre l’hôtel 2 h de route en taxi privé (1 seule per-sonne par taxi). Arrivée à l’hôtel vers 14 h le reste de la journée a été réservé à la récupération etau recalage du décalage horaire.

Suite à venir.

Tokyo 2021

Découverte du gymnase

Pascal Mage - Escrime

Après 18 h de voyage et 5 h de vérifications sanitaires, administratives et douanières, nous voilà arrivés a l’hôtel. Pour des raisons éthiques évidentes, pas de village olympique pour nous. Un hôtel à 800 m de la compétition, plutôt très agréable. Maintenant, place à la récupération du décalage horaire, découverte du gymnase, distribution des différentes tenues officielles. Début des compétitions samedi avec les deux premières médailles en jeu, sabre hommes et épée dames.

Tokyo 2021

Visite des installations

Marie-Laurence Copil - Aviron

Bonjour,

Bien arrivée à Tokyo le 20 juillet. Atterrissage à 9 h, arrivée à l’hôtel à 16 h. J’ai pu récupérer mes uniformes dans la foulée. Hier, pour l’aviron, visite des installations. Aujourd’hui, toujours la tenue « causal » pour les courses des remplaçants.

Amicalement

Tokyo 2021

Des gilets remplis de glace

Sandrine Crosnier - Triathlon

Voici quelques photos :
Un magnifique bassin d’aviron pour Tokyo 2020, côté arrivée et côté départ. Une photo des bateaux arbitres. Les arbitres ont des gilets remplis de glace, quel confort !

Tokyo 2021

En route pour Tokyo

Denis Cadon - Natation

Bonjour à tous,

Me voila en route pour Tokyo. Train pour rejoindre Paris puis vol à 23 h 20 pour une arrivée demain à 18 h 20 heure locale.

Après Athènes et Londres comme juge, j’ai le plaisir de renouveler l’expérience de Rio comme « Announcer Français » pour lescérémonies protocolaires de Natation Course et Eau libre (10 km) après validation de la Fédération Internationale (FINA)

L’engagement est différent mais pas moins exigeant. C’est autre chose. En tant que membre d’une équipe de production (sportpresentation) internationale il s’agit de « porter » la voix de la France (langue officielle ? c’est de moins en moins vrai !!!).

J’ai hâte de retrouver tout mes amis les officiels et autres membres des organisations internationales, sans compter les observa-teurs de Paris2024.

Le process d’arrivée à Tokyo est annoncé comme long (2 à 6 heures). Nous verrons bien !

Tokyo 2021

Bien arrivé au Japon

Sébastien Dervieux - Water-Polo

Quelques photos de mon départ et arrivée au Japon mais la compétition de water-polo commence Dimanche 24 juillet.

Pour water-polo :
• Réunion technique : le 22/07 de 19 h à 20 h 30
• Technical workshop : le 23/07 de 09 h à 12 h.

Le tournoi féminin comprendra 10 équipes et masculin 12 équipes.
Je vous ferai suivre mes désignations jour après jour. Nous les recevrons la veille pour le lendemain.

À bientôt

Tokyo 2021

Première Impression

Fabrice Collados - Volleyball

A peine arrivé voici les premières impressions de notre arbitre international de volley-ball, elles semblent plutôt positives.

Mon sentiment est comme chaque fois au Japon tout est super bien organisé et les procédures dues au covid sont longues mais effectuées avec le sourire. Il y a tellement de volontaires que tout va très vite. On voit que la peur du covid est bien présente, gants au petit-déjeuner et distances à respecter mais tout se passe avec le sourire. On va avoir quelques ajustements à faire dans notre activité car il faut couvrir son sifflet, porter le masque pendant le match si on échange avec coach ou joueur mais cela va bien se passer. On peut faire le trajet hôtel/gymnase à pieds mais en respectant un itinéraire bien précis. Test PCR salivaire tous les jours ainsi qu’une application a suivre à mettre à jour quotidiennement.

Nous avons récupéré les uniformes et l’organisation est vraiment top et le process rapide, selon des collègues habitués aussi JO.

Tokyo 2021

Cher(e) s Ami(e)s Juges et Arbitres,

Vous venez d’arriver à Tokyo, ou vous n’allez pas tarder à y arriver ; comme tous les deux ans nous vous proposons d’être, sur le site de l’AFCAM (www. arbitre- afcam. org).

« les acteurs des Jeux de Tokyo 2021 »

Nous ferons vivre vos jeux à tous ceux qui sont restés en France, grâce à vous !

Pour ce faire merci de nous envoyer aux adresses suivantes pmanassero@wanadoo.fr et dumontgilles72@gmail.com, tous les éléments de votre vie quotidienne, photos, réflexions, articles… et de nous indiquer vos plannings, c’est-à-dire ce que vous arbitrerez demain. Ainsi nous pourrons vous suivre chaque jour et vivre de l’intérieur ces Jeux si particuliers. Nous n’avons pas besoin de longs discours, prenez quelques secondes pour nous envoyer une photo de votre site, ou de votre chambre, dîtes-nous comment est gérée la crise ou l’organisation de la compétition, ou bien encore si les contrôles ne sont pas trop lourds. Nous vous publierons tous les jours !

Pour les photos : uniquement vos photos, libres de droit !

Ces jeux seront particuliers, vous en êtes les acteurs, partagez avec nous et toute la communauté arbitrale vos sentiments, vos joies, et éventuellement vos peines.

Il nous reste à vous souhaiter des jeux fabuleux, et malgré les difficultés du moment, que du bonheur !

Patrick VAJDA

Aux origines de Jeux Olympiques

A Tokyo , le 23 juillet s’ouvrent le 32e Jeux Olympiques de l’ère moderne, reportés d’un an pour cause de pandémie. Comment advint la création de ces Jeux dans la Grèce antique ? Comment fut leur résurrection , au XIXè siècle, par un baronfrançais ?

Au commencement est l’athlète , dont le nom vient de « athlos » ( engrec ancien) , la lutte le combat… Pourtant , si les vocabulaires sportifs sont proches, le sport, dans l’Antiquité, reste lié à des affrontements pacifiques donnant lieu à une « trêve sacrée ». Une ou plusieurs, parce que il y avait beaucoup d’autres compétitions en Grèce. Les quatre principales étaient les panathénées d’Athènes, les jeux pythiques de Delphes, les jeux de Némée et les jeux isthmiques d’Olympie. Une manifestation par an, ce qui explique la périodicité de quatre ans de nos Jeux Olympiques. Le grand gagnant des quatre compétitions était le suprême champion, vénéré à l’égal d’un demi-dieu et à qui on élevait des statues.

Les premiers J.O. datent du VIIIe siècle avant J.-C. Sur le plan mythologiques , l’idée des Jeux remonte à Zeus, le dieu d’Olympie, ou à Héraclès, à cause des douze travaux. Sur un plan plus historique, ils semblent plutôt découler des jeux funéraires.

Les premiers témoignages de concours parlent de course, de boxe, de tir à l’arc, de saut en longueur, et de lutte. Les infrastructures sportives étaient encore provisoires , mais elles accueillaient déjà des compétitions élaborées avec des spectateurs. Au départ, les seules cité-état grecques y participèrent, puis , avec la notoriété les Jeux Olympiques s’ouvrent à l’ensemble du monde connu, toutes les villes de la Méditerranée concourent.

Face à la rivalité entre Athènes et Sparte, les villes les plus puissantes, les grecques choisirent Elis , une cité plutôt modeste, proche d’Olympie. La première épreuve « reine » c’est la course , aujourd’hui le 100 mètres. À l’époque , c’était un peu plus de 192 mètres, la longueur du stade d’Olympie. Puis les courses de chevaux montés, ou des chars, dans l’hippodrome. Les lancers de disque, de javelot , avec les mêmes gestes qu’aujourd’hui.

Le rôle des femmes était occulté, dans le sport comme ailleurs. Pourtant des Jeux féminins se déroulaient en septembre. Les sportives concouraient en honneur d’Héra, la parèdre de Zeus.

Aux premiers siècles des Jeux, les trois quarts des vainqueurs olympiques, femmes ou hommes, sont spartiates. A Sparte, les élèves ont plus d’heures de sport que dédiées aux disciplines intellectuelles.

Les Romains vont dévoyer l’esprit des Jeux, ils s’en emparent pour le prestige mais il ne recherchent que le spectaculaire, les jeux du cirque. Les Romains modifient l’esprit des J.O. qui perdurent jusqu’au IVe siècle après J.C. On rentre dans l’époque des premiers empereurs chrétiens qui refusent tout ce qui est païen. Au final, le christianisme va avoir raison des Jeux.

Il faudra attendre le baron Pierre de Coubertin à la fin du XIXe siècle…

Merci à Philippe MANASSERO

no ref, no game!

Association fondée le 19/10/1985 régie par la loi 1901 déclarée a la préfecture le 7 janvier 1986, sous le n° 86/60. Agréée par le ministère des sports sous le n° 75 S 94 24 en date du 9 novembre 1994.

Nous contacter

Maison du Sport Français
1, avenue Pierre de Coubertin
75640 Paris CEDEX 13
FRANCE

(+33) 1 40 78 28 47
contact@arbitre-afcam.org

Restons connectés